NMNM

  • Accueil
  • Expositions
  • Collections
  • Publics
  • Le NMNM
  • Partenaires
  • Presse
    Afin de recevoir les dossiers de presse et visuels disponibles, merci d’écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • e-Shop
    Prochainement...

Villa Paloma

NMNM - Villa Paloma

HISTOIRE DE LA VILLA PALOMA

Selon les éléments connus à ce jour, c'est un Américain, Edward N. Dickerson qui réunit en 1913, six parcelles de terrain appartenant à différents propriétaires pour faire édifier une villa et constituer un jardin, quartier des Révoires, boulevard de l'Observatoire. Il semble qu'il existait déjà un pavillon sur la parcelle principale, vendue par Monsieur Eugène Roganne, sculpteur-ornemaniste.

La Villa, dénommée "Villa Coquette" par Monsieur Dickerson, s'élève sur trois étages. Certains soutiennent que l'architecte en serait le célèbre Sébastien Marcel Biasini mais ce dernier étant mort en 1913, cela semble bien peu probable.
Après avoir été cédée une première fois en 1920, la Villa est rachetée en 1925 par Robert W. Hudson, un anglais, dont le père fut le fondateur d'une manufacture de savon liquide outre-Manche. À sa retraite Robert Hudson jouit d'une fortune confortable et rachète en 1925 la Villa qui deviendra après son mariage en 1932, avec Béatrice Sabina Gaudengio "la Villa Paloma". On rapporte que Béatrice Gaudengio possédait à Cap d'Ail, une maison déjà dénommée "Villa Paloma" et qu'elle aurait voulu garder ce nom pour cette Villa à Monaco. Monsieur Robert W. Hudson était connu à Monaco pour sa grande générosité. Il créa en 1937 la Fondation qui portait son nom, en vue de promouvoir l'apprentissage de la langue anglaise en Principauté.

Très endommagée pendant la deuxième guerre mondiale, la Villa est en piètre état lorsqu'à la mort de Madame Hudson, en 1950, Monsieur Joseph Fissore rachète la maison. Après leur mariage, les Fissore entreprennent de grands travaux de restauration, créent une piscine et remettent en état le jardin qui était resté à l'abandon.

En 1993, une Société Anonyme Monégasque rachète la Villa à la famille Fissore. Elle sera revendue deux ans après à l'État Monégasque. Il est décidé en 2008 de la dédier au Nouveau Musée National de Monaco.

La Villa Paloma reste une des plus belles demeures patriciennes de la Principauté. Si nous ne savons pas avec exactitude la date de sa création, le jardin de la Villa fut confié à Octave Godard, le plus talentueux des élèves du célèbre paysagiste Edouard André (1840-1911). Il y réalisa un des jardins "à l'antique" dont il s'était fait une spécialité. Les vitraux du grand hall d'entrée furent réalisés par le Maître Verrier Fassi Cadet de Nice.

 

LE PARTI D'AMÉNAGEMENT DE LA VILLA PALOMA

PAR RENAUD PIERARD, ARCHITECTE MUSÉOGRAPHE

Vitrail de la Villa Paloma crédit photo NMNM par Adrien Missika

La Villa Paloma transformée en Musée National se devait de conserver son aspect originel au coeur d'un jardin en balcon sur la ville ; pour autant sa nouvelle fonction bouleverse toutes les pratiques d'usage du lieu d'origine. Ainsi l'accueil initial placé au niveau médian du bâtiment dans une situation d'extrême proximité avec les nuisances de la rue ne pouvait plus répondre au scénario d'accès voulu pour un tel musée, un scénario qui offre au visiteur le temps nécessaire à la décompression pour le placer dans une situation de sérénité et d'ouverture d'esprit propice à la visite.

Dès lors l'accès par le jardin s'imposait et l'entrée dans le bâtiment trouvait place au niveau le plus bas occupé par d'anciens locaux de service. Libérés de tout cloisonnement secondaire, les quatre niveaux de la Villa, distribués par le grand escalier qu'il a fallu néanmoins prolonger jusqu'au rez-de-jardin, abandonnent leur aspect trop domestique pour acquérir des volumes plus dépouillés et propices à la présentation des oeuvres.

L'âme intérieure de la Villa n'a pas pour autant disparu. Elle trouve place dans la conservation des décors du grand escalier, ses vitraux, ses mosaïques, ses colonnes, ses corniches en plafond. Elle se retrouve aussi dans l'attention portée au maintien de certains regards vers l'extérieur : ainsi dans chaque salle d'exposition, deux fenêtres, même bridées dans leur dimensionnement pour maintenir un maximum de surface d'accrochage, permettent de conserver le charme d'un éclairage naturel et de toujours ressentir la Villa dans son environnement.

Il a fallu bien évidemment apporter la technicité nécessaire à la présentation et la conservation des oeuvres sans défigurer les volumes intérieurs déjà très bas de plafond. Ainsi les planchers de la Villa ont été renforcés, les façades fortement isolées, tous les châssis vitrés rendus isolants et à coupure thermique, les murs intérieurs doublés d'une peau propice à l'accrochage des oeuvres, la distribution de l'air climatisé dissimulée dans l'épaisseur des parois et les appareils d'éclairage choisis pour leur performance et leur faible encombrement pour être dissimulés dans les plafonds. Les salles d'exposition prennent alors l'aspect de volumes dépouillés, habillés d'un blanc presque pur où seules les oeuvres exposées font relief.

Tous les espaces de la Villa sont accessibles au public et consacrés aux expositions. Les locaux techniques et de logistique ont alors trouvé place dans une extension souterraine réalisée en lieu et place de l'ancienne piscine et dont le toit constitue aujourd'hui le parvis d'accès au musée. Cela ne suffisant pas, et après avoir caressé l'idée d'une extension contemporaine marquante en lieu et place du bâtiment de services annexé depuis l'origine à la Villa, il nous a été demandé d'investir ce dernier en conservant son gabarit et son aspect général. Le jardin constitue l'écrin de la Villa ; nous lui avons conservé son aspect de jardin italien en balcon sur la ville et la mer, nous attachant à maintenir la végétation existante et à créer des liens avec le Parc Princesse Antoinette et le Musée d'Anthropologie.

 

Quelques chiffres

Surfaces existantes à l'origine
640 m2
Surfaces du nouveau musée
875 m2

 

Les acteurs

Maitrise d'ouvrage
Leonardo Perez, chef de projet

 

Maitrise d'oeuvre

Alexis Blanchi, architecte

Avec

Antoine Tain, directeur des travaux
Véronique Viale, paysagiste
Renaud Piérard, architecte muséographe
Philippe Michel, éclairagiste
Béatrice Fichet, graphiste
 
Nouveau Musée
National de Monaco
Administration
Monte-Carlo View
8 avenue Hector Otto
98000 Monaco
Tel +377 98 98 19 62
Fax +377 93 50 94 38
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
-
Villa Paloma
56, boulevard du Jardin Exotique
Tel +377 98 98 48 60
-
Villa Sauber
17, avenue Princesse Grace
Tel +377 98 98 91 26
Vous êtes ici : Accueil Le NMNM Villa Paloma