Designing Dreams. A celebration of Leon Bakst

23.10.2016 - 15.01.2017 / Villa Sauber

Nick Mauss, Collage de deux dessins de Leon Bakst: « Vaslav Nijinsky dans l’Après-midi d’un Faune » (1912) et « Fabric pattern » (1923).

Dans le cadre du 150ème anniversaire de la naissance du célèbre décorateur des Ballets Russes, le Nouveau Musée National de Monaco présente l’exposition Designing Dreams, A Celebration of Leon Bakst, du 23 octobre 2016 au 15 janvier 2017, à la Villa Sauber.

Designing Dreams, A Celebration of Leon Bakst
 , conçue en collaboration avec le Professeur John E. Bowlt de l’University of Southern California et en association avec de nombreux chercheurs et prêteurs internationaux, est une exposition organisée autour des collections du Nouveau Musée National de Monaco et du dépôt permanent de la Société des Bains de Mer.

Leon Bakst (né en 1866 à Grodno – actuelle Biélorussie – et mort à Paris en 1924) est principalement connu et célébré pour les décors et les costumes chamarrés qu’il conçut pour la compagnie des Ballets Russes à Paris, Londres et Monte-Carlo entre 1909 et 1921. Ses réalisations éblouissantes ont participé au triomphe mondial de spectacles emblématiques tels que Shéhérazade, Le Spectre de la rose, Narcisse, L’Après-midi d’un faune, Daphnis et Chloé, Le Dieu bleu, ou encore La Belle au bois dormant. Puisant son inspiration dans les cultures antiques de la Grèce, de la Perse et du Siam autant que dans l’art populaire russe, Leon Bakst a opéré une synthèse entre l’art de l’Orient et le Modern Style.

Considérant le théâtre comme une œuvre d’art totale dans laquelle chorégraphie, musique, costumes et décors étaient d’une importance égale, et travaillant en étroite collaboration avec des artistes comme Serge Diaghilev, Vaslav Nijinsky, Jean Cocteau, Isadora Duncan, Ida Rubinstein et Igor Stravinsky, Bakst a transformé la perception du ballet.

L’exposition Designing Dreams, A Celebration of Leon Bakst met en lumière les plus belles réalisations de Bakst pour la scène, mais elle entend aussi démontrer son influence décisive dans le domaine du design textile et de la mode. Ainsi, plusieurs modèles accessoirisés d’Yves Saint Laurent ainsi que des planches de la collection SAINT LAURENT rive gauche de 1991, directement inspirée par les dessins et costumes de Shéhérazade et Narcisse font l’objet d’une présentation exceptionnelle.

Répondant à l’invitation du NMNM, l’artiste Nick Mauss a réinterprété l’œuvre de Bakst et mis en perspective son influence, en envisageant les éléments visuels et sensoriels de la scénographie d’exposition comme une forme d’art. Nick Mauss a conçu cette exposition en entremêlant les formes de la maquette, du livre et de l’exposition, réunissant des documents textuels et graphiques d’époque, telles que les arguments originaux de chacun des ballets exposés, au style et à la composition graphique si particuliers. Diverses typologies de peinture et d’impression ont été utilisées au fil de l’exposition, tels que les frises décoratives peintes au pochoir sur les murs, les impressions sur papier colorées à la main, et les tissus peints au pochoir, conformément à la vogue du pochoir comme on l’utilisait dans les arts décoratifs et dans les journaux de mode, deux mondes dans lesquels la vision de Léon Bakst a été très influente et largement célébrée. Ce faisant, Mauss induit une tension entre la planéité stylisée des dessins de Bakst et le volume de ses costumes et de ses décors à taille réelle ; entre l’échelle intimiste de la maquette ou du programme de ballet et l’atmosphère « plus grande que nature » du décor scénique ; entre chaque élément individuel d’ornementation et le bouillonnement immersif des métrages d’étoffes, ou même entre les somptueux costumes de ballet et l’image des visiteurs eux-mêmes dans l’exposition.

L’exposition Designing Dreams, A Celebration of Leon Bakst présente plus de 150 dessins, maquettes et costumes de scène, dans un parcours inédit inspiré par le rêve, documenté par de nombreuses archives d’époque et ponctué par les œuvres d’artistes tels que Jean Cocteau, Valentine Hugo ou encore George Barbier, ayant contribué à la diffusion du fameux « Art décoratif de Leon Bakst ».

Conçu par Nick Mauss en parallèle de l’exposition, le catalogue met à l’honneur le livre comme forme d’art et présente en détail les dessins, les costumes et les motifs pour étoffes de Bakst, ses écrits inédits sur la décoration et la mode, de nouvelles études sur ses sources d’inspiration et sur le rayonnement de sa vision, mais aussi les vues d’installation et la scénographie réalisée in situ par Mauss.


Commissaires de l’exposition : Celia Bernasconi et John Ellis Bowlt
Artiste invité, scénographe : Nick Mauss