Habiter, nager, léviter, méduser Par Laure Prouvost et Mathilde Roman

23.09.2022 • / Nocturne - Villa Paloma

Laure Prouvost
Four For See Beauties, 2022
Video still

Dans le cadre du festival « Les Visiteurs du Soir » du réseau Botox(s)


À partir de 18h, « Le raisin de vivre », cave à vin nomade, vous proposera une sélection rigoureuse et originale de vins locaux et étrangers mais aussi des planches de fromages, charcuteries et autres produits régionaux.

De 19h à 21h : accès libre à l’exposition « Christian Bérard, Excentrique Bébé »

19h30 : Habiter, nager, léviter, méduser
Discussion, lecture, projection par Laure Prouvost et Mathilde Roman

Ideally reading this text would make you float

Se laisser porter par les vagues des émotions esthétiques,

Creuser dans le sol et se relier aux grands-mères qui nous ont inspirées,
Troubler les espaces, léviter,
Nager entre l’art et la vie,
Écrire en suivant les intuitions, les coïncidences et les expériences des œuvres,
Éviter les méduses et se laisser méduser.

Laure Prouvost (1867, Lieumeeconu, France) vit et travaille.
Voici une longue liste de musées et d’institutions. Une ligne, des choses intéressantes, une virgule, une ligne, une liste de résidences et de prix. Une sélection de projets solo dont : un bras élastique à Copenhague, des déglutitions et des respirations à Eindhoven, Smoking Mother à Copenhague, Melting Into Another à Lisbonne, un paradis occupé à Aalst, Deep See Blue Surrounding You à Venise, Toulouse, Villeneuve d’Ascq et Maastricht, une salle d’attente avec des objets à Minneapolis, un nouveau musée pour Grand-Papa à Milan, un salon de thé pour Grand-Mère à Derry, une salle de karaoké à Bruxelles, un nouveau bar à vodka à l’encre de poulpe pour Gregor à Rotterdam, une agence de voyage pour un oncle à Francfort, un hall pour l’amour entre les artistes de La Haye et de Lucerne… Des sachets de thé, des sols humides et des tentacules.

Mathilde Roman
Après des études de philosophie, Mathilde Roman obtient un doctorat en arts et sciences de l’art, université Paris 1 Sorbonne. Elle est l’auteur de plusieurs essais : Nager avec Laure Prouvost (Manuella, ed. 2022) Habiter l’exposition. L’artiste et la scénographie (Manuella, ed. 2020); On stage. La dimension scénique de l’image vidéo (éd. LEGAC PRESS, 2012) et Art vidéo et mise en scène de soi (éd. L’Harmattan, 2008). Elle a aussi co-dirigé l’ouvrage Corps et images. Œuvres, dispositifs et écrans contemporains, aux éditions Mimésis en 2017. Elle est professeure au Pavillon Bosio, Art & Scénographie, à Monaco depuis 2006. Critique d’art, elle collabore régulièrement aux revues l’Art Même, 02, Switch(onPaper) et a collaboré dans le passé avec Mouvement, Artpress, lacritique.org. Elle mène aussi des projets de commissariat : Danse, Danse, Danse (Nouveau Musée National de Monaco, 2016), Plein écran (La Station, Nice, 2016), MOVIMENTA, Biennale de l’image en mouvement à Nice (2017), Performance TV (Maison d’Arts Bernard Antonioz, Nogent-sur-Marne, 2018), Implano de Arisana. Halida Boughriet, le 109, Nice, 2021.

Accès libre dans la limite des places disponibles, réservation conseillée par mail : public@nmnm.mc