8 Flags

25.11.2021 - 07.07.2022 / Villa Paloma
Pierre Bismuth
Abstractions sur le thème des nations, 2021
8 impressions sur drapeaux
Photo : NMNM/Andrea Rossetti, 2021

En 2011, à l’occasion de l’exposition Oceanomania: Souvenirs des Mers Mystérieuses – un projet de Mark Dion, David Brooks proposait d’installer huit drapeaux sur les toits de la Villa Paloma.

Dix ans plus tard, le NMNM relance le projet en invitant des artistes à produire de nouvelles propositions dans un programme biannuel intitulé 8 Flags


En correspondance avec l’exposition Tremblements, acquisitions récentes du Nouveau Musée National de Monaco, les huit mâts de la Villa Paloma accueillent du 25 novembre 2021 au 15 mai 2022 les Abstractions sur le thème des nations de Pierre Bismuth.

La pratique de Pierre Bismuth s’inscrit dans la tradition de l’art conceptuel et de l’appropriationisme et s’appuie sur un très large éventail de médiums, apparaissant de plus en plus comme une réflexion sur l’absorption de la culture par l’industrie des loisirs.

Son travail sur les drapeaux, dont le principe est de créer de nouveaux emblèmes nationaux par la fusion des drapeaux de deux pays différents, a été initié en 2019 avec une série intitulée Abstractions et dont les combinaisons étaient déterminées par les données sur les flux migratoires vers l’Europe.

L’œuvre a depuis évolué avec les Variations sur le thème des nations puis les Abstractions sur le thème des nations, toujours basées sur des données politiques, économiques, ou sociales, présentes ou passées, comme dans cette nouvelle série créée spécialement pour le Nouveau Musée National de Monaco inspirée par des statistiques sur les échanges commerciaux internationaux.

Les compositions qui en résultent deviennent des objets picturaux à part entière, convoquant à la fois une histoire de l’art du XXème siècle ainsi qu’un sentiment d’étrangeté et d’évidence. Si certains drapeaux sont d’ailleurs parfois reconnaissables, les associations ne sont volontairement jamais littéralement énoncées et forment un métissage qui laisse apparaitre un nouveau tremblement du Tout-Monde.


En février 2021, lors de son exposition La Sirène de 165 mètres et autres histoires, Shimabuku, fidèle à sa volonté de relier les lointains et de repenser la notion d’altérité a conçu un ensemble de drapeaux intitulé Moon and Potato. Un rapprochement aussi formel qu’humoristique qu’il résume ainsi : « Quand je regarde la lune, je pense à une pomme de terre / Quand je regarde une pomme de terre, je pense à la lune ».


Commissaire : Benjamin Laugier