Linda Fregni Nagler, The Hidden Mother

2014

NMNM / Mack Books
anglais
432 pages
Softcover, 24 x 28 cm
ISBN : 978-1-907946-53-0

Texte(s) : Geoffrey Batchen, Linda Fregni Nagler, Massimiliano Gioni, Francesco Zanot

45 €

The Hidden Mothers [Les Mères Cachées] est composé de 1002 photos (de daguerréotypes et ferrotypes en passant par des cartes de visite et des cartes de cabinet), toutes témoignant d’une pratique désuète mais habituelle qui – de l’apparition de la photographie aux années 1920 – consistait à masquer ou cacher un parent dans le fond du portrait d’un enfant. Les temps d’exposition étaient relativement longs, et un parent cachée été nécessaire pour garder l’enfant immobile.

Ces mères cachées peuvent être aperçues dans le fond de chacun de ces portraits – se profilant derrière leurs enfants, emmaillotées dans des couvertures, des tapis et des brocarts, afin de maintenir leur progéniture, celle-ci étant le sujet central de la photographie. Les itérations varient, et dans certains cas, la mère cachée apparaît sous la forme d’une seule main, dans d’autres, l’enfant est assis sur une silhouette voilée, et parfois même le parent est complètement caché – veillant ainsi à ce que l’identité de l’enfant prévale sur la leur.

Les images présentent un certain degré d’humour – bien qu’involontaire – puisque le spectateur est invité à mettre de côté leur incrédulité, à ne « pas voir » la silhouette cachée. Certains spectateurs contemporains n’auraient tout simplement pas vu la mère cachée dans le portrait, phénomène révélateur de la nature culturelle de l’acte de voir. Pour d’autres, la silhouette cachée était une partie essentielle de l’image : le taux élevé de mortalité infantile signifie que les portraits posthumes étaient la norme, et la mère cachée signifierait pour le spectateur que cet enfant était vivant.

Créant et définissant un sous-genre de la photographie, Fregni Nagler a accumulé les images qui reprennent un geste particulier – la négation de la mère dans l’intérêt de la visibilité de l’enfant . Les nombreux thèmes inhérents à cette collection sont unifiés par le principe singulier de l’effacement – comme si cette attitude abordait la question de la nature de la parentalité elle-même, ou de la place des femmes dans une société patriarcale, où elle est représentée sans identité propre.

La collection met également en lumière l’inévitable nature du photographe et du collectionneur qui s’effacent. L’artiste elle-même semble flotter sur ces images comme une mère – en conservant et sauvant ces photos ; en tant que collectionneur, présentatrice et conservateur de la collection , Fregni Nagler devient une autre mère cachée.


En vente au musée, et en commande à bookshop@nmnm.mc