Oriol Vilanova, Borrowed Words Palabras Prestadas, Mot empruntés, Paraules Prestades, Borrowed Words, Geleende Wooden, Parole in Prestito

2020

NNMN/ &: Christophe Daviet-Thery
Multilingue français/anglais/espagnol/italien/néerlandais/portugais
134 pages
Softcover, 13,7 x 20 cm
ISBN : 978-2-490844-00-5

Texte(s) : Oriol Vilanova

15 €

Pour Borrowed Words (2016), un collectionneur ou une collectionneuse déclare son amour inconditionnel à sa collection. Le collectionneur confie ouvertement que la collection lui procure du plaisir. Ce sont des mots sincères qui soulignent l’aveuglement et parfois même l’intensité douloureuse qui relie le collectionneur et la collection. L’enamouré parle de ses œuvres objet par objet avec plein d’humour et de références aux chansons célèbres, ainsi qu’à la poésie surréaliste.

Le texte a été performé à plusieurs reprises et notamment au nouveau Musée National de Monaco (Villa Sauber) à la faveur d’une résidence de l’artiste. Le texte, initialement écrit en espagnol, a été traduit dans les différentes langues dans lesquelles il a été lu (anglais, italien, néerlandais, catalan, français).

À la façon d’un marque-page et pour faire écho à la collection, Oriol Vilanova a demandé à Louise Lawler le droit de produire une carte postale représentant Pollock and Tureen, 1984, laquelle est glissée dans le livre. La carte postale, qui est importante dans le travail d’Oriol Vilanova comme objet de collection, revêt ici un caractère utile (marque-page) mais aussi peut être appréhendée comme carte de collection puisque cette image n’avait jamais donné lieu à une carte postale et n’est produite que pour le livre.Publié suite à la performance éponyme d’Oriol Vilanova Interprétée par Patrizia Sandretto Re Rebaudengo au Nouveau Musée National de Monaco en septembre 2019.La pratique artistique d’Oriol Vilanova (né en 1980 à Manresa, vit et travaille à Barcelone et à Bruxelles) interroge les paradoxes inhérents à la culture de masse, une obsession qui l’a poussé à collectionner les nombreuses cartes postales qu’il chine dans les marchés aux puces. Il s’intéresse également au « devenir monument » de certains personnages, icônes et idées qui, le XXe siècle désormais derrière nous, paraissent aussi monstrueux que comiques. Son approche conceptuelle prend la forme d’écrits basés sur la répétition et l’exagération, d’installations minimales ou de performances. Elle revêt néanmoins toujours une dimension littéraire et romanesque, s’emparant de thèmes tels que l’immortalité, les relations entre le temps, la mémoire et l’histoire ou l’héroïsme.

Avec le soutien de la 


En vente au musée, et en commande à bookshop@nmnm.mc